pompe

1. pompe [ pɔ̃p ] n. f.
XIIIe « gloire, luxe, éclat »; lat. pompa, gr. pompê
1Vx ou littér. Déploiement de faste dans un cérémonial. appareil, cérémonie; apparat, luxe, magnificence, splendeur. La pompe des solennités. « Un thé d'adieu pour lequel nous déploierons le plus de pompe possible » (Loti). Le mépris des pompes et des parades.
Spécialt La pompe funèbre. (1552) Mod. LES POMPES FUNÈBRES.
Mod. (souvent iron.) EN GRANDE POMPE : avec une solennité exagérée. Arriver en grande pompe.
2(XVIIe) Vx Noblesse du style. (fin XVIIIe) Péj. Emphase ( pompeux).
3Relig. Les vanités du monde. Renoncer à Satan, à ses pompes et à ses œuvres.
pompe 2. pompe [ pɔ̃p ] n. f.
• 1440 mar.; o. i., p.-ê. rad. lat. pupp- (« sucer, téter »); cf. poupée
IAppareil.
1Didact. Appareil destiné à déplacer les fluides (liquides et gaz). aspirateur, compresseur, siphon, ventilateur, etc. Pompe d'un orgue. soufflerie.
2Cour. Appareil destiné à déplacer, et le plus souvent à élever un fluide en l'aspirant ou en le refoulant, au moyen d'un mécanisme. Pompe aspirante, foulante. Mécanisme, tuyau, réservoir d'une pompe. Pompe à eau (cf. infra 2o). Actionner une pompe. Corps de pompe. cylindre . Pompe à piston. Pompe centrifuge. Pompe à bras, à levier, à roue; pompe à moteur ( motopompe) , pompe électrique. Pompe de bicyclette, pompe à vélo, refoulant l'air pour gonfler les pneus. Pompe à incendie, qui envoie un jet d'eau continu ( 1. pompier) . — Pompe à chaleur : dispositif prélevant de l'énergie thermique dans un milieu extérieur pour la transporter au moyen d'un fluide (air, eau) vers l'enceinte à chauffer. ⇒ thermopompe. Pompe cardiaque.
Pièce comportant une pompe (dans une machine, un moteur). Pompe à huile, à gazole. Pompe à injection d'un moteur diesel.
Phys. Pompe à vide, pour abaisser la pression dans une enceinte.
Biol. Enzyme utilisant une source d'énergie pour transporter activement les ions ou les petites molécules de part et d'autre de la membrane cellulaire.
3Spécialt Pompe amenant l'eau d'une nappe souterraine. Aller chercher de l'eau à la pompe. « le grincement de la pompe qu'une main rageuse faisait marcher » (R. Rolland). Plaisant Château-la-Pompe : eau du robinet.
4Spécialt POMPE (À ESSENCE), pour amener l'essence d'une cuve aux véhicules; par ext. distributeur d'essence. Les pompes d'une station-service. 3. poste; pompiste. La pompe de super. Augmentation du prix de l'essence à la pompe.
5(1893) Techn. Serrure à pompe, dans laquelle la clé doit pousser sur un ressort avant d'agir sur le pêne. Clé à pompe.
6Arg. de la drogue Seringue.
7Fam. Les pompes : exercice de musculation qui consiste à abaisser et à relever alternativement le corps (étendu, face contre terre) en tendant et raidissant les bras. ⇒ traction. Faire des pompes.
IIFig.
1 ( pompe aspirante 1849) Pop. Chaussure. godasse. « Vise la belle paire de pompes ! » (Dorgelès). Loc. Être, marcher à côté de ses pompes : être dans un état anormal (de rêve, d'inattention totale). — Être à l'aise dans ses pompes : être à l'aise, décontracté (cf. Être à l'aise dans ses baskets).
2(1922) Fam. Avoir le, un coup de pompe : se sentir brusquement épuisé. ⇒ barre; et aussi pomper.
3Fam. À TOUTE POMPE : à toute vitesse. « On filait à toute pompe » (Queneau).
(v. 1950; jeu de mots sur « deuxième vitesse ») Arg. milit. Soldat de deuxième pompe; ellipt un deuxième pompe : un simple soldat, un deuxième classe. Des deuxième pompe.
4(de pomper,5o) Arg. scol. Papier contenant des informations que l'on cache pour l'utiliser frauduleusement lors d'une interrogation, d'un devoir. antisèche.

pompe nom féminin (latin pompa, du grec pompê, procession) Littéraire. Déploiement de faste, cérémonial somptueux : La pompe des mariages princiers. Littéraire. Recherche affectée de l'emphase dans l'expression littéraire ou artistique. ● pompe (citations) nom féminin (latin pompa, du grec pompê, procession) William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Vaines pompes, gloires de ce monde, je vous hais ! Vain pomp and glory of this world, I hate ye. Henry VIII, III, 2, Wolseypompe (expressions) nom féminin (latin pompa, du grec pompê, procession) En grande(s) pompe(s), avec splendeur et solennité. ● pompe (synonymes) nom féminin (latin pompa, du grec pompê, procession) Littéraire. Déploiement de faste, cérémonial somptueux
Synonymes :
- éclat
- somptuosité
Littéraire. Recherche affectée de l'emphase dans l'expression littéraire ou artistique.
Synonymes :
pompe nom féminin (néerlandais pompe) Machine propre à élever ou à refouler un fluide : Amorcer une pompe. Appareil refoulant l'air pour gonfler : Pompe à bicyclette. Appareil utilisé pour la distribution et la vente au détail des carburants. Populaire. Chaussure. Populaire. Mouvement de culture physique consistant à relever, en poussant sur les bras, le corps raidi et allongé à plat ventre sur le sol. ● pompe (expressions) nom féminin (néerlandais pompe) Familier. À toute(s) pompe(s), à toute vitesse. Familier. Coup de pompe, grande fatigue subite après un effort violent. Populaire. Deuxième pompe, soldat de deuxième classe. Populaire. Être, marcher à côté de ses pompes, raisonner de travers. Fusil à pompe, fusil à répétition dont l'alimentation se fait par le mouvement de va-et-vient d'un tube situé sous le canon. Pompe à insuline, appareil rempli d'insuline, implanté sous la peau dans la région sous-claviculaire et libérant régulièrement (sous l'effet d'un gaz propulseur) de l'insuline dans le sang. (Elle a été utilisée chez des malades ayant un diabète insulinodépendant instable.) Pompe membranaire ou à sodium, ensemble des processus biochimiques qui interviennent au niveau de la membrane cellulaire (notamment d'une fibre nerveuse) pour permettre l'élimination des ions sodium hors de la cellule vers le liquide extracellulaire et la captation des ions potassium. Serrure à pompe, serrure de sûreté dans laquelle on est obligé de repousser avec la clef un ressort pour déclencher le mécanisme. Pompe à incendie, pompe pour éteindre le feu au moyen d'un puissant jet d'eau continu. Pompe à vide, appareil au moyen duquel on aspire un gaz contenu dans un récipient pour y faire le vide. Pompe à chaleur, machine qui prélève de la chaleur à un milieu à basse température pour en fournir à un milieu à température plus élevée. ● pompe (synonymes) nom féminin (néerlandais pompe) Thermique. Pompe à chaleur
Synonymes :

pompe
n. f.
d1./d Cérémonial somptueux.
Loc. En grande pompe: en grande cérémonie.
d2./d Plur. Pompes funèbres: service chargé des cérémonies funéraires, des enterrements.
d3./d Péjor. Emphase, solennité affectée.
d4./d RELIG Vains plaisirs. Renoncer à Satan, à ses pompes et à ses oeuvres.
————————
pompe
n. f.
d1./d Machine mettant un fluide en mouvement, soit pour l'extraire de son gisement naturel ou d'un récipient, soit pour le faire circuler dans une canalisation. Pompe à eau, à essence. Pompe à incendie.
Pompe solaire, fonctionnant à l'énergie solaire.
Pompe à chaleur: Syn. de thermopompe.
d2./d Serrure à pompe: serrure de sûreté dans laquelle la clé doit repousser des ressorts avant de faire jouer le pêne.
d3./d Fam. Coup de pompe: sensation soudaine d'épuisement, de grande fatigue (cf. coup de barre).
d4./d Fam. Exercice de flexion des bras, en station allongée face au sol. Faire des pompes.

I.
⇒POMPE1, subst. fém.
A. —1. a) Cortège solennel. Désormais, il n'est plus d'autre forme lyrique que l'opéra historique. Car c'est elle qui permet les défilés, les cortèges, les pompes nuptiales ou funèbres, les chasses, les grands ballets donnés sous prétexte de fêtes dans les résidences royales (DUMESNIL, Hist. théâtre lyr., 1953, p.122):
1. Cette pompe escortait un homme nu qui portait sa propre image. En marge du chemin, à la place d'honneur, sous un laurier sculpté reposait un âne assis, qui regardait passer la procession.
JOUHANDEAU, M. Godeau, 1926, p.229.
b) En partic. Pompes funèbres. V. funèbre A.
P. méton. Local (où sont réglés les détails des convois funèbres).
2. Déploiement de faste, de décorum. Nous avons des habitudes de bien-être, une hygiène publique et privée, qui ne s'accordent pas avec cette pompe, cet apparat sans raison (VIOLLET-LE-DUC, Archit., 1863, p.477). Les jours de fêtes carillonnées où l'on serait heureux de voir la musique égale en beauté au cérémonial et à la pompe du rite, l'on est précisément condamné à n'entendre que de la quintessence de mauvais chant (HUYSMANS, Oblat, t.1, 1903, p.71):
2. C'est aux fusillés, aujourd'hui, d'être à l'honneur, eux qui n'avaient pas connu encore les pompes officielles, ni l'éloquence des évêques. Je me souviens de certaines messes, presque clandestines, au lendemain des exécutions...
MAURIAC, Bâillon dén., 1945, p.432.
En grande pompe. Solennellement. Les jeunes gens de Tarascon promènent, en grande pompe et beaux costumes, une carcasse de bois recouverte de toile (DÉVIGNE, Légend. de Fr., 1942, p.19).
3. Souvent au plur. Vanités du monde. Renoncer au monde et à ses pompes. Cette idolâtrie de l'or et de l'argent avec lesquels tout est jaugé et qui ne servent qu'à la pompe et aux vanités mondaines (CARON, HUTIN, Alchimistes, 1959, p.79). Les pompes et les passions de la nature le portaient à des images aux titres dramatiques (CASSOU, Arts plast. contemp., 1960, p.178).
[P. allus. à la formule relig. renoncer à Satan, à ses pompes et à ses oeuvres] Fermer le carnet rose et renoncer au Satan enjuponné, à ses pompes mystérieuses et à ses oeuvres charmantes (PAILLERON, Âge ingrat, 1879, I, 3, p.11).
B. —Noblesse du style. La pompe du style devient à la pensée ce qu'est aux yeux un papier doré sans nuances (VIGNY, Journal poète, 1843, p.1197).
P. exagér., dans le domaine littér. ou artist. Recherche excessive, emphase, grandiloquence. Beaucoup de vague dans l'idée sous la pompe de l'expression, une dialectique plus brillante que solide, des arguments grêles sous un vêtement très ample (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p.356).
C.COUT. Travail à la pompe. Travail des ouvriers retoucheurs. (Dict.XIXe et XXes.).
Prononc. et Orth.:[]. Homon. et homogr.: pompe2, 3. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1165 «cérémonial somptueux, déploiement de faste, de luxe» (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, 26909 ds T.-L.); av. 1662 en grande pompe (PASCAL, Pensées, 308 ds OEuvres compl., éd. L. Lafuma, 1963, p.540b); b) ca 1350 fém. plur. relig. «faux prestiges, vanités de ce monde» (GILLES LI MUISIS, Poésies, I, 244 ds T.-L.); c) 1503 pompes funebres «cérémonie funèbre» (J. LEMAIRE DE BELGES, La Plainte du désiré, 165, éd. D. Yabsley, p.81); 1834 «établissement assurant les funérailles» (LANDAIS d'apr. FEW t.9, pp.143-144); 2. av. 1502 pompe «cortège solennel» (O. DE LA MARCHE, Mém., III, 101 ds GDF. Compl.); 3. 1636 «caractère noble, élevé, solennel (du style)» (MONET); 1798 «recherche trop visible du grand dans l'expression littéraire ou artistique» (Ac.); 4. 1842 «ensemble des ouvriers tailleurs à la journée» (R. DE BEAUVOIR, Français peints par eux-mêmes, t.5, Le Tailleur, p.251). Empr. au lat. pompa «procession, cortège; apparat» (également pompa funebris, v. OLD, s.v. funebris). Bbg. DUCH. Beauté 1960, p.116; pp.118-119; p.129.
II.
⇒POMPE2, subst. fém.
A. —Appareil destiné à faire circuler un fluide (en général un liquide) en l'aspirant, le refoulant ou en le comprimant. Pompe aspirante et foulante; corps de pompe. C'est signe de grand hiver. Je ferai habiller de paille la pompe. D'ailleurs, la tortue s'est déjà enterrée (COLETTE, Sido, 1929, p.39).
Amorcer la pompe. V. amorcer C 1 a. Au fig. Les Willot, eux, reviennent en force. Et surenchérissent soudain sur Bidermann: (...) un pool bancaire, Crédit lyonnais en tête, leur prêtera les 128 millions de francs qu'ils estiment nécessaires pour «amorcer la pompe» chez Boussac (Le Point, 8 sept. 1980, p.87, col. 3).
En partic.
1. Pompe à + subst.
Pompe à chaleur. ,,Appareil ou système d'échangeurs qui permet d'emprunter de la chaleur à un milieu extérieur, et de l'utiliser pour le chauffage de l'eau sanitaire, la climatisation des locaux`` (GILB. 1980). Synon. thermopompe (infra rem.), pompe thermique, thermodynamique.
Pompe (à eau, à huile, à essence). Pompe spéciale du moteur à explosion. Il avait critiqué le montage d'une pompe à huile (SAINT-EXUP., Vol nuit, 1931, p.93). Encore fallait-il assurer l'alimentation du carburateur dans de bonnes conditions. La pompe mécanique représente une solution simple (TINARD, Automob., 1951, p.331). La pompe à reprise mécanique Solex (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p.107). Cette huile va nettoyer les canalisations, la pompe et le carter (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p.169).
Pompe (à essence). Appareil de distribution de carburants; p.méton., station-service. Synon. distributeur. Prix (de l'essence) à la pompe. V. banque1 ex. 2.
Pompe à feu (vx).
Pompe à graisse. ,,Appareil composé d'un cylindre où le lubrifiant est comprimé par un piston avant d'être injecté dans les graisseurs`` (Lar. encyclop.).
Pompe à pneumatique, à bicyclette, à vélo (fam.). Pompe refoulant l'air destiné à gonfler les chambres à air de bicyclette ou de moto. Un extincteur de la grosseur d'une pompe à bicyclette (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p.331).
CHIR., ODONTO-STOMATOL. Pompe à salive. Appareil servant à pomper l'excès de salive de la bouche. Bronchoscopie et oesophagoscopie (...) Pompe à salive de Brunings complète avec un embout (Catal. instrum. chir. [Duffaud], av. 1914, p.61).
P. anal., PHYSIOL. Pompe à sodium. ,,Processus actif qui intervient au niveau de la membrane cellulaire et par lequel les ions de sodium sont chassés de la cellule dans le liquide extracellulaire à mesure de leur pénétration`` (Méd. Biol. t.3 1972). Synon. pompe membranaire. Cette action facilitant le travail de la «pompe à sodium» (R. SCHWARTZ, Nouv. remèdes et mal. act., 1965, p.59).
PHYS. Pompe à vide.
2. Pompe de + subst.
Pompe de cale. Pompe placée dans la chambre des machines d'un navire, destinée à extraire l'eau qui s'amasse dans les fonds (d'apr. GRUSS 1952).
Pompe à/d'incendie. Appareil destiné à alimenter des lances d'incendie. (Dict.XIXe et XXes.).
Pompe d'/à injection. Appareil qui remplace le carburateur et qui introduit directement le combustible sous pression dans les cylindres (d'apr. Lar. agric. 1981). La pompe d'injection expédie sous pression aux injecteurs qui s'ouvrent le gas-oil aux cylindres; c'est le circuit d'injection (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p.269).
Pompe d'exhaure. V. exhaure ex. de J. Cahen, Bruet.
Pompe de vidange. Synon. pop., vulg. pompe à merde.
3. Pompe + adj.
Pompe alimentaire. ,,Appareil d'alimentation ayant pour but de fournir aux chaudières l'eau nécessaire au remplacement de celle vaporisée`` (GRUSS 1952). La turbine à gaz ne nécessite ni chaudière, ni pompes alimentaires (LE MASSON, Mar., 1951, p.111).
Pompe cardiaque. ,,Appareil destiné à suppléer la fonction cardiaque`` (Lar. encyclop.).
Pompe électromagnétique. ,,Pompe à métaux liquides basée sur le principe du moteur électrique`` (Nucl. 1964).
Pompe solaire. ,,Pompe alimentée par un moteur transformant le rayonnement solaire en énergie mécanique`` (VAUGE 1980).
B.P. anal.
1. Serrure à pompe. Serrure de sûreté dans laquelle la clef, pour agir sur le pêne, doit repousser un ou plusieurs ressorts. (Dict. XXes.).
2. Fusil à pompe. Fusil dont le devant glisse en arrière par un mouvement du bras gauche qui pompe une cartouche dans le magasin et la fait monter dans la chambre (d'apr. BURN. 1970).
3. Fam. Pompe à finances/(plais.) à phynances. Le fisc, qui prélève l'argent des contribuables; fourniture d'argent. La France (jamais nommée ici) ne se contente pas d'entretenir des rapports économiques «privilégiés» avec le pays [en Afrique] riche en uranium. Elle continue de surveiller étroitement l'orientation politique. (...) Il s'agit de rester sages et bien-pensants, sinon arrêt de la pompe à phynances (Le Nouvel Observateur, 23 avr. 1978, p.100, col. 2).
C.Arg., pop., le plus souvent au plur.
1. ,,Mouvement de culture physique consistant à relever, en poussant sur les bras, le corps allongé à plat ventre au sol`` (Lar. Lang. fr.). Faire dix, quinze, vingt pompes (Lar. Lang. fr.).
2. Chaussure et, p.méton., pied. Recevoir un coup de pompe. Je vais lui refiler un grand coup de pompe dans les miches (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.14). Ses pompes lui faisaient souvent si mal, qu'il se versait des petits morceaux de glace à même les godilles (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.368).
Locutions
Être, marcher à côté de ses pompes. Avoir perdu le sens des réalités, être dans un état anormal. (Ds REY-CHANTR. Expr. 1979). Y avait pas de raison pour que je marche toujours à côté de mes pompes après avoir libéré la France (A. BOUDARD, Le Café du pauvre, Paris, Le Livre de poche, 1985 [1983], p.168).
À toute(s) pompe(s). À toutes jambes, à toute vitesse. Courir à toutes pompes. Elle est redescendue à toutes pompes (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.489). Il entendit tout près de lui un grand cri, un cri de femme, un cri de peur. Il envisagea tout d'abord, comme première possibilité immédiatement réalisable, de cavaler à toute pompe dans une direction opposée (QUENEAU, Pierrot, 1942, p.180).
3. Coup de pompe. Accès de fatigue soudain. Avoir un coup de pompe. Dangereux coups de pompe (Le Point, 6 sept. 1982, p.52).
4. Arg. milit., vieilli. (Soldat de) 2e pompe. ,,Soldat de deuxième classe`` (RIV.-CAR. 1969). On m'a nommé caporal-chef (...). Malheureusement, ça ne durera pas, bientôt, pour quelques peccadilles, je vais être cassé, réduit deuxième pompe (A. BOUDARD, Le Café du pauvre, Paris, Le Livre de poche, 1985 [1983], p.134).
REM. 1. -pompe, élém. de compos. entrant dans la constr. de qq. subst. V. autopompe, bateau-pompe et aussi: Thermopompe, subst. fém. Synon. de pompe à chaleur (supra A 1). (Ds QUILLET 1965). 2. Pomperie, subst. fém., industr. pétrolière. Station de pompage de raffinerie, de dépôt ou de pipe-line. (Dict.XXes.).
Prononc. et Orth.:[]. Homon. et homogr.: pompe1, 3. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. a) 1440-41 «machine permettant d'aspirer ou de refouler un liquide» (doc. ap. L.-A. JOUEN, Comptes ... du manoir épiscopal de Rouen, p.229; cf. aussi p.253 [en 1448-49]: pour avoir remis la pompe de la fosse de la court [...] a point pour traire les eaues d'icelle fosse); 1680 pompe aspirante (RICH.); 1722 pompe à incendie (Mém. de l'Académie des sciences, p.122 ds BRUNOT t.6, p.419, note 14); b) 1929 pompe à essence (GIONO, Baumugnes, p.120); c) 1953 pompe de chaleur (Lar. 20e Suppl.); 1963 pompe à chaleur (Lar. encyclop.); 2. a) 1848 pompe aspirante «chaussure percée» (d'apr. ESN.); 1869 pompe «chaussure» (Berry, ibid.); b) 1884 «pied(s)» (ibid.); 1921 courir à toutes pompes (ibid.); 3. 1898 serrure à pompe (DG); 4. 1922 coup de pompe «accès de fatigue extrême» (d'apr. ESN.); 5. 1936 pompes «mouvement de culture physique» (Revue Sports, boxe ds IGLF). Prob. empr. au m. néerl. pompe, de même sens (att. dep. 1463 au sens de «conduite d'eau souterraine», dep. 1556 au sens 1 a du fr.), prob. d'orig. onomat. (FEW t.16, p.645b; VALKH.; DE VRIES Nederl.). Cf. aussi l'angl. pump «pompe», att. dès ca 1440 (NED). Au sens 1 c, calque de l'angl. heat pump (dep. 1894 ds NED Suppl.2).
STAT. — Pompe1 et 2. Fréq. abs. littér.:1325. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 2780, b) 1659; XXes.: a) 1668, b) 1369.
DÉR. Pompiste, subst. a) Personne qui distribue l'essence à une station-service; gérant d'une station-service. Le chèque-essence a été supprimé en 1964 (...). La mise au point de la réglementation (quantité allouée, pièces justificatives, circuits de remboursement au pompiste et mesures de contrôle) avait réclamé de longues négociations (JOCARD, Tour. et action État, 1966, p.218). b) Subst. masc. ,,Matelot affecté au service des pompes de chargement et de déchargement à bord d'un pétrolier`` (GRUSS 1952). Pompiste mécanicien. c) Subst., chir. «Les pompistes», ou techniciens en circulation extra-corporelle, sont des infirmiers ou des médecins ayant suivi une formation spécialisée qui leur permet d'assurer la surveillance des appareils de circulation extra-corporelle, outillage indispensable à de nombreuses interventions de chirurgie cardio-vasculaire (Le Monde, 18 sept. 1981, p.25 ds ROB. 1985). []. 1res attest. a) 1926 «ouvrier en pompes» ([JACQUELOT, LEX], Le Lang. pop. de Mâcon et des environs, p.94), 1952 «matelot affecté au service des pompes à bord d'un pétrolier» (GRUSS), b) 1933 «personne préposée à la distribution de l'essence» (THÉRIVE, Querelles de lang., t.2, p.186); de pompe2, suff. -iste.
BBG. —CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, p.213. — QUEM. DDL t.6, 9.
III.
⇒POMPE3, subst. fém.
Région. (sud de la France). Pâtisserie de type différent (brioche, feuilleté) selon les pays. Pompe aux pommes, aux pruneaux Elle revient avec (...) une pompe à l'huile et une rissole aux pruneaux, cuites au vieux four à pain puisque la cuisinière ne marche pas (J. JAUSSELY, Deux saisons en paradis, Paris, Magnard, 1979, p.60).
Prononc. et Orth.:[]. Homon. et homogr.: pompe1, 2. Étymol. et Hist. XVIes. (Jean BUREL, Mém. éd. par Chassaing, 28 et 63 ds Romania t.33, 1904, p.596); 1734 (DU CANGE, Paris, C. Osmont, t.5, p.635). Mot du domaine occitan (excepté le gasc.), du Bourbonnais, du Centre et du sud-ouest du fr.-prov., issu du rad. expr. pomp- désignant ici un objet rond (FEW t.9, pp.141-142). Bbg. NAUTON (P.). À propos de pompe. Vie Lang. 1965, pp.376-377.

1. pompe [pɔ̃p] n. f.
ÉTYM. XIIIe, « gloire, luxe, éclat » en moy. franç. et jusqu'au XVIIe; lat. pompa, du grec pompê.
———
I
1 Vieilli ou littér. Déploiement extérieur de faste, dans un cérémonial, un cortège, une fête. Appareil (cit. 4), cérémonie; apparat, éclat, grandeur, luxe, magnificence, splendeur (→ Majesté, cit. 6). || La pompe d'un festin (→ Foi, cit. 6). || La pompe d'un défilé, d'un triomphe… Pompeux, solennel, somptueux.REM. Au XVIIe siècle, pompe désigne aussi le cortège lui-même. — Pompe d'un mariage (cit. 20), de noces (→ Ode, cit. 3). || Célébrer qqch. avec pompe. Célébration. || Déployer toute la pompe possible (→ Estafette, cit. 2).Vivre dans la pompe (→ Esprit, cit. 52). || Marcher sans pompe (→ Incognito, cit. 3).
1 Et qui présentera ma fille à son époux ?
Quelle autre ordonnera cette pompe sacrée ?
Racine, Iphigénie, III, 1.
2 Ces hauts portiques demandent un clergé nombreux, la pompe des solennités, les chants, les tableaux, les ornements, les voiles de soie, les draperies, les dentelles, l'argent, l'or, les lampes, les fleurs et l'encens des autels.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. VI, p. 20.
3 Nos invitations étant faites, nous donnerons ce soir notre thé quand même. Un thé d'adieu, alors, pour lequel nous déploierons le plus de pompe possible.
Loti, Mme Chrysanthème, LI.
(XVIIe). Loc. mod. En grande pompe : solennellement (→ ci-dessous, cit. 4, Pascal); (iron.) pompeusement.
4 Oh ! qu'il (Jésus-Christ) est venu en grande pompe et en une prodigieuse magnificence, aux yeux du cœur et qui voient la sagesse !
Pascal, Pensées, XII, 793.
Au plur. Littér. || Le mépris des pompes et des parades (→ Décorum, cit. 3). Faste.
5 Ce qui a fait la force du catholicisme, ce qui l'a si profondément enraciné dans les mœurs, c'est précisément l'éclat avec lequel il apparaît dans les circonstances graves de la vie pour les environner de pompes si naïvement touchantes, si grandes lorsque le prêtre se met à la hauteur de sa mission et qu'il sait accorder son office avec la sublimité de la morale chrétienne.
Balzac, le Médecin de campagne, Pl., t. VIII, p. 379.
6 (…) il décrit les pompes et solennités touchantes dont la ville de Pontarlier fut le théâtre en cette occasion, et le repas donné aux notables du lieu par M. de Saint-Mauris (…)
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 7 avr. 1851.
Pompe funéraire, funèbre (cit. 2); la pompe des enterrements. — ☑ Loc. Mod. (1834). Pompes funèbres (cit. 1, 5 et 8). Funéraire; funérailles. || Ordonnateur (cit. 2) des pompes funèbres.
7 La pompe des enterrements regarde plus la vanité des vivants que l'honneur des morts.
La Rochefoucauld, Maximes, 612.
Fig. Vx. La saison étalait (cit. 17) toutes ses pompes.
8 (…) les pompes du soleil couchant dans les prairies (…)
Balzac, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 737.
2 (XVIIe). Éclat, faste, noblesse du style. Affectation, emphase; pompeux. || Je m'ébahis (cit. 1) à la pompe du style (→ aussi Latin, cit. 2).
(En parlant des arts). || Une pompe niaise (cit. 8). || « Des palais ouvragés dont la féerique (cit. 2) pompe… »
3 Relig. (Au plur.). Les vanités, les prestiges du monde.Renoncer à Satan, à ses pompes et à ses œuvres.
9 (…) malheur à celui qui (…) dans son audace sacrilège s'en remet aux pompes de l'impiété, aux lumières du siècle, à la nuit profane !
Aragon, les Beaux Quartiers, I, IX.
———
II (1867; grande pompe « retouche des habits, des redingotes »; petite pompe « retouche des gilets, des pantalons », selon Wartburg). Techn. Travail de retouche, chez un tailleur. 3. Pompier.
REM. Dans tous ses emplois non techniques, le mot est vieilli, littéraire ou ironique (sauf dans le syntagme pompes funèbres) du fait de la fréquence de l'homonyme 2. pompe.
DÉR. 2. Pompier, 3. pompier. — V. Pompeux.
HOM. 2. Pompe, 3. pompe, formes du v. pomper.
————————
2. pompe [pɔ̃p] n. f.
ÉTYM. 1517, en mar.; néerl. pompe (XVe) ou angl. pump (1444), mots apparentés dans toutes les langues germaniques, p.-ê. du rad. expressif p-p (→ Papa, poupée, poupon) exprimant notamment la succion, sous la var. nasalisée pomp- (→ Pompon).
———
I
1 Didact. Appareil destiné à déplacer les fluides (liquides et gaz).
REM. Cette acception, qui comprend les aspirateurs, ventilateurs, compresseurs, souffleries, machines pneumatiques (gaz), les appareils élévateurs, pulsomètres, siphons (liquides), ne se rencontre guère qu'en théorie et dans des expressions telles que : pompe à sangle, à godets (appareil élévateur), pompe d'un orgue (cit. 2), etc.
2 Appareil destiné à déplacer, et le plus souvent à élever (cit. 2) un fluide en l'aspirant ou en le refoulant, au moyen d'un mécanisme ( Armature, garniture). || Mécanisme, tuyaux, réservoir ( Bâche) d'une pompe.Pompes à piston. Seringue. || Corps de pompe : cylindre principal. aussi 1. Canon. || Piston tige, clapets, soupapes, tuyaux d'aspiration et de refoulement ( aussi Boyau) d'une pompe. || Pompe aspirante foulante; mixte (aspirante et foulante). || Les pompes aspirantes à piston, comme les siphons, utilisent la pression de l'air. || Pompe à simple, à double effet.Clysoir à pompe. Clysopompe.Pompes sans piston, oscillantes, rotatives… || Pompes centrifuges. || Pompe à bras; à moteur ( Motopompe).Vx. || Pompe à feu : pompe à vapeur (mue par une machine à vapeur).Pompe électrique.Amorçage, désamorçage d'une pompe. Amorcer, désamorcer; 1. amorceur. || Débit d'une pompe.
1 (…) il y a autant de différentes mesures de la hauteur où l'eau s'élève dans les pompes, qu'il y a de différents lieux et de différents temps où on l'éprouve (…) ainsi si on demande à quelle hauteur les pompes aspirantes élèvent l'eau en général, on ne saurait répondre précisément à cette question, ni même à celle-ci : à quelle hauteur les pompes élèvent l'eau à Paris, si l'on ne détermine aussi le tempérament de l'air (…)
Pascal, Traité de la pesanteur…, VII.
Pompes à eau. Hydraulique (machine). || Pompe ménagère, à levier, à volant. || Aller chercher de l'eau à la pompe. || Jets de pompe (→ Bras, cit. 47). — ☑ Par plais. Château-la-pompe : l'eau (cit. 11) du robinet.Pompes utilisées pour l'agriculture. Agricole. || Pompe d'arrosage ( Arroser), d'irrigation ( Irrigateur). || Pompe d'arrosage fixe (borne). || Fabricant de pompes. Fontainier.(1722). || Pompe à incendie. 1. Feu, incendie; 1. pompier. || Lance, tuyau adapté à la pompe. || Véhicules de pompiers munis de pompes à incendie. Autopompe, 2. fourgon (fourgon-pompe); et aussi bateau-pompe.Vx. || Garde-pompes : pompier (1. Pompier, 2.).Mar. || Pompes pour vider l'eau des cales d'un voilier. Archipompe. || Dynamos qui actionnent les pompes d'un bateau (→ Mécanicien, cit. 3).Pompes à exhaure des mines.Pompes industrielles (industrie pétrolière; transport des produits fluides…).Pompe d'alimentation. || Pompe auxiliaire, pompe de gavage, de suralimentation.
2 (…) il fut désagréablement réveillé dès l'aube (…) par le grincement de la pompe qu'une main rageuse faisait marcher, pour procéder ensuite au lavage à grande eau de la cour et de l'escalier.
R. Rolland, Jean-Christophe, L'adolescent, I, p. 234.
3 La mobilisation viendra noyer votre essai de grève générale, comme les lances d'une pompe ultra-perfectionnée noieraient un feu de broussailles (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, X, p. 105.
3.1 (…) le refroidissement par eau est semi-concret : s'il était réalisé entièrement par thermo-siphon, il serait presque aussi concret que le refroidissement direct par air; mais l'emploi d'une pompe à eau, recevant de l'énergie du moteur par l'intermédiaire d'une courroie de transmission, augmente le caractère d'abstraction de ce type de refroidissement (…)
Gilbert Simondon, Du mode d'existence des objets techniques, p. 25.
Pompe à essence (cit. 24), pour amener l'essence d'une cuve-réservoir aux réservoirs des véhicules qui l'utilisent.Par ext. Ensemble du distributeur d'essence (→ Garage, cit. 5). Pompiste. || Les pompes d'une station-service, d'un garage. Poste (d'essence), station-service. || Arrête-toi ici, il y a une pompe.
Cet appareil, pièce d'une machine, d'un moteur. || Pompes d'extraction et de circulation d'un condenseur.Spécialt. || Pompes à huile, à eau d'un moteur à explosion (d'automobile, d'avion…). || La pompe à essence du carburateur. || Pompe d'injection des moteurs à huile lourde.
4 (…) il avait critiqué le montage d'une pompe à huile du type B.6, la confondant avec une pompe à huile du type B.4, et les mécaniciens sournois l'avaient laissé flétrir pendant vingt minutes « une ignorance que rien n'excuse », sa propre ignorance.
Saint-Exupéry, Vol de nuit, V.
Pompes de vidange.Fam., vulg. || Pompe à merde.
Cet appareil, déplaçant un gaz. || Corps de pompe d'une machine pneumatique. || Pompe de compression (dans la pratique, on parle plutôt de compresseur).Spécialt. Cet appareil refoulant l'air pour gonfler. || Pompe de bicyclette. || Raccord de pompe. || Donner un coup de pompe aux pneus, à un ballon dégonflé…REM. On n'appelle pompe que l'appareil à cylindre et à piston (→ aussi Gonfleur).
Phys. || Pompe destinée à évacuer les gaz qui se trouvent dans un récipient, à y faire le vide. || Pompe préparatoire, pour abaisser la pression. || Pompes à vide élevé : pompes moléculaires; pompes à diffusion (d'huile). || Pompe à mercure.
tableau Vocabulaire de la chimie.
(V. 1970; 1974, in P. Gilbert). Par anal. || Pompe thermique, pompe à chaleur, pompe de chaleur, pompe thermodynamique : dispositif formé d'un ou de plusieurs échangeurs, capable d'emprunter de l'énergie thermique à un milieu extérieur et de la transporter au moyen d'un fluide (air, eau) vers l'enceinte à chauffer.
tableau Noms d'appareils.
tableau Noms de machines.
3 (1893; par anal. avec le mouvement du piston). Techn. || Serrure à pompe, où un ressort doit être poussé par la clé avant que celle-ci n'agisse sur le pène.
Vx. Coulisse (d'un instrument à vent).
4 (Mil. XXe; de pomper). Fam. Mouvement qui consiste à relever le corps (étendu à terre, bras repliés sur les avant-bras) en tendant et raidissant les bras. Traction. || Faire des pompes (exercice de musculation, souvent imposé dans l'armée comme punition).
5 Loc. fam. (Métaphore du sens 1). La pompe à finances : ce qui sert à prélever (« pomper ») l'argent, notamment l'argent du contribuable.
———
II Fig.
1 (1848, pompe aspirante « botte percée »). Fam. Chaussure, soulier. || Des vieilles pompes. || Une belle paire de pompes.
5 — Vise la belle paire de pompes ! beugla Sulphart, agitant deux bottes jaunes.
R. Dorgelès, les Croix de bois, XI.
5.1 Les gens impolis, avec moi, c'est vite fait. (En baissant un peu la voix.) Un grand coup de pompe dans le cul.
J. Prévert, le Jour se lève (scénario), in l'Avant-Scène, no 53, p. 21.
(1978, G. Saint-Bris, in Rey et Chantreau). Loc. Marcher, être à côté de ses pompes : être dans un état anormal, d'inadaptation complète, de rêve.
2 (1922; avoir la pompe, 1909). Fam. Avoir le coup de pompe, un coup de pompe : se sentir brusquement épuisé. Pomper (→ Coup de barre, de buis, de maillet).
3 (1920). Fam. À toute pompe : à toute vitesse.
6 C'est épatant vous savez la moto (…) On filait à toute pompe à travers le crépuscule sur la nationale 308 B.
R. Queneau, Loin de Rueil, p. 215.
4 (V. 1950; jeu de mots sur deuxième vitesse). Argot milit. || Soldat de deuxième pompe, et, ellipt, un deuxième pompe : un simple soldat, un deuxième classe.
DÉR. Pomper, 1. pompier, pompiste. — V. Pomperie.
COMP. Archipompe, autopompe, bateau-pompe, clysopompe, électropompe, fourgon-pompe (V. 2. Fourgon), motopompe, seau-pompe, thermopompe, turbopompe.
HOM. 1. Pompe, 3. pompe, formes du v. pomper.
————————
3. pompe [pɔ̃p] n. f.
ÉTYM. XVIe; « nœud de ruban, houpette », XVe; du même rad. expressif pomp- que pompon.
Régional. Pâtisserie provençale.
HOM. 1. Pompe, 2. pompe, formes du v. pomper.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pompé — pompé …   Dictionnaire des rimes

  • pompe — 1. (pon p ) s. f. 1°   Appareil magnifique et somptueux. •   Elle [la paix] met les pompes aux villes, Donne aux champs les moissons fertiles...., MALH. III, 2. •   Seigneur, ne donnez point de prétexte à César Pour attacher l Égypte aux pompes… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Pompe Na-K — Pompe sodium/potassium La pompe sodium/potassium ou Na+/K+ ATP ase est une enzyme transmembranaire dont l activité enzymatique utilise l énergie issue de la dégradation de l ATP en ADP et phosphore inorganique pour transporter des ions potassium… …   Wikipédia en Français

  • Pompe Na/K — Pompe sodium/potassium La pompe sodium/potassium ou Na+/K+ ATP ase est une enzyme transmembranaire dont l activité enzymatique utilise l énergie issue de la dégradation de l ATP en ADP et phosphore inorganique pour transporter des ions potassium… …   Wikipédia en Français

  • POMPE (A.) — POMPE ANTOINE (1873 1980) Fils d’un modestes artisan bijoutier bruxellois, Antoine Pompe pratique très tôt l’apprentissage de la gravure sur métaux et de l’ébénisterie. Peu satisfait de l’Académie des beaux arts où son père l’a placé à treize ans …   Encyclopédie Universelle

  • Pompe — steht für: Pompa, einen antiken Ritus, der im Wesen der Prozession verwandt ist Pombe, Biersorten in Ostafrika den Hund König Karls XII. von Schweden Pompe ist der Name folgender Personen: Antoine Pompe (1873 1980), belgischer Architekt Gustav… …   Deutsch Wikipedia

  • pompe — Pompe, f. penac. Est ores un solennel, grand et notable appareil conduict par cerimonie, Pompa. Et ores se prend pour la compagnie somptueuse et magnifique qui est de tel cerimonieux appareil. Jan le Maire livre 1. chap. 40. La pompe estoit… …   Thresor de la langue françoyse

  • pompé — pompé, ée (pon pé, pée) part. passé de pomper. Puisé avec une pompe. L eau pompée dans la citerne …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Pompe — Pompe. Dorf im Kreis u. Regierungsbezirk Aachen der preußischen Rheinprovinz; Dampfmaschinenbrauerei, bedeutendes Mühlwerk; 200 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • pompé — pompé, e adj. Fatigué …   Dictionnaire du Français argotique et populaire


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.